L’éducation est un droit fondamental.

C’est pourquoi nous nous engageons en faveur des points suivants: 

Toutes les personne qui vivent en Suisse doivent pouvoir se former et trouver un emploi en fonction de leurs compétences et organiser leur vie de manière autonome et ce, indépendamment de leur permis de séjour. L’éducation pour toutes et tous est une condition préalable à la cohabitation démocratique. L’éducation pour toutes et tous profite aux individus, à la société et à l’économie qui a besoin de main d’oeuvre qualifiée. 

Nous sommes soutenu.e.s par 19 209 personnes qui ont signé la pétition “Améliorer l’accès à la formation et au travail pour les personnes exilées”. Le 22 septembre, nos organisations partenaires et nous mêmes avons remis la pétition au Palais fédéral de Berne. 

Nous continuons maintenant à attirer l’attention sur le sujet par le biais d’évènements cantonaux et travaillons avec des parlementaires sur des mesures politiques.

Sur le site officiel de la campagne «L’éducation pour tous – maintenant», nous vous informons régulièrement des événements prévus.

ACCÈS A L’EDUCATION SUPÉRIEURE ET RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES POUR LES PERSONNES RÉFUGIÉES 

Dans les vidéos, six personnes hautement qualifiées qui sont en exil en Suisse racontent leur expérience en matière de reconnaissance de leurs diplômes et d’accès à l’enseignement supérieur. Les portraits émouvants illustrent les obstacles pour ce niveau d’éducation en Suisse.  

Manahil Mohammad a étudié sa matière préférée, la physique, au Soudan et a travaillé plusieurs années dans ce domaine. Ici en Suisse, elle souhaite faire un doctorat et continuer sa carrière scientifique. Pour cela, elle a besoin d’informations ciblées sur le système d’enseignement suisse et les possibilités de formations existantes. Mais “malheureusement, les personnes réfugiées sont peu informées ici” constate Manahil Mohammad. 

Le manque d’informations ciblées sur l’enseignement supérieur ne représente que l’un de nombreux obstacles que les personnes réfugiées rencontrent dans leur accès à l’enseignement supérieur et la reconnaissance de leur formation. 

NOUS DEMANDONS 

A la confédération, aux cantons et aux hautes écoles de s’assurer que 

  • les personnes réfugiées avec une bonne formation soient soutenues pour accéder à l’enseignement supérieur 
  • les diplômes qu’elles amènent soient mieux reconnus (pétition, paragraphe 5) 

 

Nous vous invitons à aller voir les autres portraits de personnes réfugiées hautement qualifiées pour en apprendre plus sur les obstacles à l’accès à l’enseignement supérieur.

L’association « Education pour toutes et tous – maintenant! »

Les membres fondateurs de l’association « Éducation pour toutes et tous maintenant! » sont les organisations SSP, Sosf et VSS-UNES-USU (Perspectives – Etudes), ainsi que des particluiers. 

Le comité est composé de Sophie Guignard (Sosf, co-direction), Johannes Gruber (SSP, co-direction), Sabine Zurschmitten (UNES, «Perspectives – Etudes »), Tobias Heiniger (Observatoire suisse du droit d’asile et des étrangers, ODAE), Amel Bouchiba (experte), Urs Loppacher (SSP) et Markus Truniger (SSP). 

zusätzliche Sprachen »